A quoi sert le Conseil des droits de l’homme?

Le Sommet pour les Droits de l’Homme et la Démocratie posera la question à l’occasion du 10e anniversaire de l’institution.

Par Alain Jourdan. 08.02.16.

Pas question de relâcher la pression sur les dictatures. Désormais bien installé dans le paysage genevois, le Sommet pour les droits humains et la démocratie contribue à dénoncer les situations qui, à travers le monde, soulèvent l’indignation des défenseurs des droits de l’homme.

Porté par une vingtaine d’organisations très engagées dans le combat pour les libertés et l’égalité, la huitième édition du Geneva Summit for human rights and democracy (www.genevasummit.org), organisée le 23 février, aura un caractère encore plus exceptionnel que les années précédentes, avec un panel d’invités venant du monde entier.

Parmi eux, deux femmes d’engagement: l’Iranienne Darya Safai et Ensaf Haidar, l’épouse du blogueur saoudien Raif Badawi. A l’occasion du 10e anniversaire de la création du Conseil des droits de l’homme, les organisateurs souhaitent également poser la question de l’efficacité des mécanismes onusiens.