Deux opposants vénézuéliens distingués pour leur combat à Genève

Cliquez ici pour voir l’article original

Deux opposants vénézuéliens distingués pour leur combat à Genève

DEUX opposants vénézuéliens, le maire de Caracas Antonio Ledezma et Leopoldo Lopez, assigné à résidence et détenu, sont honorés par 25 ONG à Genève pour leur courage. La seule parlementaire yazidie en Irak et un médecin allemand sont aussi distingués de leur côté.

“Mon père a consacré sa vie à la lutte pour la démocratie et à la liberté au Venezuela”, a expliqué lundi la fille de M. Ledezma, à la veille de recevoir le prix dans le cadre du Sommet de Genève pour les droits humains et la démocratie. M. Ledezma, arrêté en 2015 par 120 policiers, n’a été entendu par la justice pour la première fois que la semaine dernière.

Il est accusé de conspiration contre le gouvernement de Nicolas Maduro et d’association criminelle, passibles de 26 ans de prison. Sa fille Antonietta a dénoncé une “injustice”, une “répression” et des “violations des droits humains”.

M. Lopez a lui été condamné en 2015 à 13 ans de prison pour être responsable, selon le gouvernement, des violences lors des manifestations de 2014. Le Parlement contrôlé désormais par l’opposition vient de voter une amnistie pour les près de 80 prisonniers politiques. Mais cette mesure a été rejetée par le président Maduro.

Et le représentant américain au Conseil des droits de l’homme Keith Harper a appelé le gouvernement vénézuélien à améliorer le traitement des détenus politiques et à leur garantir des procédures “équitables”.

Autre prix, celui des droits des femmes doit être remis mardi à la députée irakienne Vian Dakhil, représentante de la minorité yazidie, et au psychologue allemand Jan Ilhan Kizilhan. Ils sont honorés pour leur action pour défendre les femmes esclaves sexuelles, agressées ou abusées sexuellement par l’Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.

Selon Mme Dakhil, 90% des Yazidis présents à Sinjar ont dû fuir l’EI qui les cible. Quelque 5800 femmes et filles ont été enlevées, dont plus de 2000 ont pu s’échapper. “Le monde doit faire davantage pour libérer les filles détenues par l’EI et protéger les droits humains de toutes les personnes contrôlées” par ces djihadistes, a dit Mme Dakhil.

Durant deux jours, plusieurs dissidents et personnalités doivent intervenir à Genève lors du sommet qui s’est ouvert lundi. Parmi eux figure Anastasia Lin, une Canadienne d’origine chinoise, Miss World Canada 2015, que Pékin ne laisse pas entrer sur son territoire en raison de son activisme. Mais aussi la députée ukrainienne Svetlana Zalischchuk et l’avocat érythréen Daniel Mekonnen.

Ou encore le Prix Nobel de la paix David Trimble, l’épouse du blogueur saoudien Raef Badawi, Ensar Haidar, le dissident chinois Yang Jianli ou encore Lee Young-guk, un ex-garde du corps de l’ex-dictateur nord-coréen Kim Jong-il, arrêté et torturé avant sa fuite en Corée du Sud.